Enfants assistés, trouvés et exposés

46 Fi 7602 - Saint-Junien, fête des prévoyants de l'avenir - Collection Robert

Peut-être avez-vous, dans votre généalogie, un enfant trouvé, abandonné ou assisté. L'abandon d'enfant est un phénomène très ancien qui connut un développement important au XVIIIe siècle. Les causes sont nombreuses : naissance illégitime, enfant non désiré, trop grande misère des parents... La prise en charge de ces enfants était organisée dans les villes par les hospices. Les Archives départementales de la Haute-Vienne conservent ainsi, dans les riches archives de l'hôpital de Limoges, une vingtaine de registres pour les années 1725 à 1791 (cf. la fiche à ce sujet dans "Trésors d'archives").

Au XIXe siècle, l'assistance à l'enfance est marqué par le décret du 19 janvier 1811. Il prévoit trois catégories d'enfants recueillis par les hospices :

- les enfants trouvés, nés de père et de mère inconnus et exposés dans un lieu public ou déposé à l'hospice dans le tour ;

- les enfants abandonnés, nés de parents connus, mais "délaissés sans qu'on sache ce que les père et mère sont devenus, ou sans qu'on puisse recourir à eux" ;

- les orphelins pauvres, admis parce qu'ils restent sans ressources après le décès de leur père et mère ou de leurs tuteurs.

Pour le XIXe siècle, les archives concernant ces enfants ne manquent pas. Parmi celles-ci, 18 registres consignent, chronologiquement de 1804 (an XII) à 1860, sur 8000 pages, le passage à l'hospice de près de 19000 enfants, souvent recueillis alors qu'ils n'avaient que quelques jours. On y a inscrit les vêtements et objets qu'ils portaient sur eux lorsqu'ils ont été trouvés, le prénom et le nom qu'on leur a attribués, les nourrices à qui on les a confiés lors de leurs premiers mois et, souvent, la date de leur décès, car la mortalité est élevée. A partir de 1834, les registres deviennent plus complets, et on y consigne le devenir de ces enfants durant leur enfance, voire jusqu'à l'entrée dans l'âge adulte.

Vous aussi, découvrez ces archives !