Département de la Haute-Vienne Archives départementales de la Haute-Vienne

Dans les marges des archives

Au hasard des flâneries dans les archives, découvrez dans ce florilège destiné à s'enrichir au fil de nos trouvailles quelques-unes de ces images qui émaillent marges et couvertures des documents : dessins, poèmes, remèdes médicinaux, notes personnelles ou essais d'écriture. Ces interventions qui se glissent plaisamment dans les interstices de documents on ne peut plus officiels en disent plus long qu'il n'y paraît sur l'histoire des mentalités...

A votre tour, signalez-nous vos plus belles découvertes !

Chien jouant de la cornemuse ou chabrette
Chien jouant de la cornemuse ou chabrette

Sur la première page d'un registre du notaire J. de Fagia, d'Aixe sur Vienne, daté des années 1476-1471, figure la représentation d'un chien jouant de la cornemuse ou de la chabrette. Il s'agit de l'une des rares représentations médiévales d'un instrument de musique connues en Limousin. Parmi les divers essais d'écriture soigneusement exécutés qui entourent le dessin, on lit sous ce dernier l'expression Omnis homo est animal (tout homme est un animal).

Fonds des Cars, 1 E 1 / 455

Remèdes médicaux
Remèdes médicaux

François de Salignac, seigneur de Rochefort (paroisse de Séreilhac) note au XVIe siècle, au début d'un registre de titres concernant sa seigneurie, deux remèdes médicaux. Le premier est destiné à guérir les maladies des chevaux ; il fait appel à des ingrédients assez simples (essentiellement des herbes et produits d'usage courant). Le second, à usage humain, est destiné à lutter contre la peste, témoignant de l'inquiétude régnant alors quant à la réapparition périodique d'épidémies. Il fait appel à une pharmacopée plus complexe.

François de Salignac a également écrit, à la suite de ces remèdes, quelques pages d'un livre de raison, dans lequel il consigne notamment les dates de naissance de ses enfants.

Pour une analyse détaillée de ces remèdes, voir : Patrick Nicot, « Aux grands maux les grands remèdes : aperçu sur les pratiques médicales en Limousin à la fin du xvie siècle », Archives en Limousin, n° 38, 2011, p. 14-17.

Fonds des Cars, 1 E 1 / 521

"Insanis tu"
"Insanis tu"

Cette représentation d'un fou figure dans un registre paroissial de Linards, contenant les baptêmes, mariages et sépultures de la période 1739-1791. Ce curieux personnage au couvre-chef original surmonte la mention Insanis tu (tu es fou).

Etat civil, commune de Linards, 3 E 86 / 1

Pierre Bonneau, arpenteur
Pierre Bonneau, arpenteur

Pierre Bonneau, arpenteur, était chargé de mesurer la surface des terres des tenanciers, ce qui déterminait la quantité de rentes que chacun d'eux devait au seigneur foncier. Il se représente en 1599, avec sa canne d'arpenteur, sur un procès-verbal qu'il réalise pour les tenanciers du village de Foras, dans la paroisse de Saint-Bonnet (aujourd'hui Saint-Bonnet-de-Bellac). Le dessin est accompagné d'un poème adressé aux tenanciers du village. Un autre autoportrait de Pierre Bonneau est conservé aux archives de la Haute-Vienne.

Fonds Auguste Bosvieux, 5 F / L 54.