Francis Chigot, maître verrier

Projet de verrière pour le bureau de bienfaisance d'Angoulême, dessiné par P. Parot, 1931 (61 x 47cm, 29 F 143)

Terre des arts du feu (émail et porcelaine), le Limousin a vu naître aussi l’un des plus célèbres verriers du XXe siècle, salué comme le rénovateur du vitrail français.

En 1907, Francis Chigot (1879-1960), ancien élève des écoles des Arts décoratifs de Limoges et Paris, relançant une activité qui s’était éteinte en Limousin au XVIIe siècle, fonde un atelier de vitrail qui connaît un succès immédiat. En 1908, il présente au salon des artistes français son premier vitrail, L’émaillerie limousine. Jusqu’à la première guerre mondiale, il réalise ainsi de très belles verrières Art nouveau.

Il puise également son inspiration dans l’Art déco, mais c’est dans la restauration puis la création de vitraux religieux qu’il trouve son plein épanouissement, collaborant avec le service des Monuments historiques et restaurant les vitraux des cathédrales de Poitiers, Bourges, Clermont-Ferrand, Auch, Moulins parmi d’autres. En Haute-Vienne, il travaille à de nombreux bâtiments civils et religieux parmi lesquels on peut citer le pavillon du Verdurier ou la gare des Bénédictins à Limoges.

Les archives départementales conservent les archives de son atelier, qui comportent un remarquable ensemble de clichés, calques, maquettes, dessins et cartons de vitraux.

Paysage limousin, probablement de L. Jouhaud, 1921 (89 x 63 cm, 29 F 477)